lundi 13 mai 2019

Pérégrinations en tout genre..

Depuis que je suis enfin sortie de convalescence et que ma sciatique faiblit (contrairement au vent), nous enchaînons déplacements et visites.

Donc, peu de temps j'en conviens pour tenir à jour ce blog.

De retour du Val d'Aoste le samedi de Pâques, nous sommes repartis 4 jours après à Aix en Provence, car nous avions réservé depuis un bon moment des places au festival de Pâques pour aller écouter en soirée le ténor anglais Ian Bostridge interpréter "la belle meunière" de Schubert.


Comme la journée était belle, nous sommes partis dès le matin pour profiter de la ville, déjeuner et visiter le musée Granet..
Sublime découverte que celui-ci, où entre Cézanne et Picasso, nous apprécierons spécialement la salle consacrée à Giacometti:



Aix, j'aime.. son architecture, sa lumière..


Et le concert, me demanderez-vous?
Sincèrement.. grosse déception. Sans doute en attendions nous trop..
Mais franchement, se produire dans le théâtre du jeu de Paume où se déroulait le concert, est une vraie plaie, au motif que le plancher est en parquet qui grince, et que les festivaliers n'avaient ni la correction d'arriver à l'heure, ni celle, élémentaire de.. se taire!

Ajoutons que le pauvre pianiste accompagnateur disposait d'un instrument à la limite de la justesse (voire faux) et vous comprendrez que notre ténor n'ait pas donné le meilleur de lui-même..
Donc, chouette journée, mais concert.. foireux!

Le 1er mai, nous voilà repartis de très bon heure attraper le train pour Strasbourg à.. 6h30 (!!) pour fêter les 96 ans de mon beau-père, retrouver la famille et rentrer à Montpellier le lendemain.



Expérience fort sympathique, mais nous éviterons désormais de partir à cette date, puisqu' aucun tram ou bus ne fonctionne le jour de la fête du travail.. vive la marche à pied!

Perplexité devant cette affichette dans une devanture:


L'explication m'a été fournie, non ce n'était pas "aux chiottes les flics", mais un message de soutien aux forces de l'ordre qui avaient opéré dans le secteur lors des attentats de Strasbourg.
Il m'étonne quand même encore un peu..



Petite pause dans nos déplacements, car cette fois, c'est au tour d'une de mes filles de venir passer quelques jours (venteux) à Lattes, je reprendrai enfin mon vélo pour la première fois pour aller au bord de mer, plonger mes orteils dans le sable et la Méditerranée -non, pas encore me baigner, j'ai dit les orteils!- et déguster sardines grillées et pissaladières..

Pendant ce temps, mon jardin commence à fleurir gaiement:



Ma fille repartie le mercredi 7 mai, je fais ma première tentative le jeudi, pour reprendre le yoga (bof..), et le vendredi 9.. réveil à 6h30 de nouveau, car nous nous étions inscrits il y a de cela pas mal de temps pour aller visiter la bambouseraie d'Anduze.

Je le reconnais franchement, le matin au réveil, je me demandais encore quelle idée saugrenue  j'avais eue d'accepter d'aller voir des bambous..



Je fais maintenant amende honorable, oui, cela en valait la peine!
Situé dans les Cévennes, au pied du petit train du même nom, cet immense parc est certes planté de bambous, mais pas que!



Séquoias, arbres à litchi, manguiers, goyaviers et azalées géants organisés autour de forêts de bambous divers et variés font de ce jardin un véritablement enchantement, jusqu'au summum: le jardin japonais!



Admirez un peu la zénitude du lieu..


Bref, après un tour au village d'Anduze, admirer le centre ancien, et ses célèbres poteries (je craquerai d'ailleurs pour un très joli saladier).. retour à la maison le soir, pour préparer.. la rando pique-nique de dimanche dans la garrigue autour de Cournonsec!


Là, c'est franc et sincère, le réveil qui sonne de nouveau à 6h30 m'a rendue plus que grincheuse!

Mais..malgré le vent qui s'époumonait, la balade fut franchement très sympa, et le déjeuner qui a suivi également.. grâce au soleil radieux, et aux paysages printaniers...


Je regarde maintenant mon agenda de la semaine, et surprise, seul m'attend un concert baroque mardi soir!

jeudi 25 avril 2019

Val d'Aoste: suite et fin, la gastronomie.



Au Val d'Aoste, nous sommes en montagne, et les produits du terroir s'en trouvent plutôt limités.

On y trouve essentiellement quelques légumes tels que poireaux et oignons, heureusement des pommes de terre, du riz, des châtaignes,  des pommes et des poires pour les fruits, des fromages de vache (miam, la "fontina", tomme d'alpage..) et de chèvre, du gibier, des cochons..

En boisson, du vin, bien sûr, issu des vignes plantées à flanc de montagnes dès que cela est possible,


et, pour digérer, n'oublions pas le génépi, ni la fameuse grappa!

Le régal,paraît il, fut longtemps une tranche de pain noir accompagné de châtaigne, de miel, et d'une tranche de lard..
Ce pain noir, fabriqué essentiellement avec de la farine de seigle, était cuit une fois par an dans le four communal à la mi- octobre, conservé sur des râteliers, et découpé avec une sorte de guillotine la "copapan" pour être trempé dans la soupe, le lait ou le bouillon..

Depuis, la mondialisation a fait son oeuvre, et je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir cette devanture de restau à Aoste:



N'oublions pas que nous étions dans cette région à la période de Pâques, et que pour les italiens, le savoir-faire en matière de chocolat est grandiose!


Voire surprenant.



Rassurez-vous, en montagne, on mange bien, et.. beaucoup!

Tout au long de notre séjour nous aurons eu midi et soir un pat de pâtes ou de risotto en entrée (vive l'Italie), suivi d'une viande en sauce (daube, carbonade..) accompagnée de polenta, avant le dessert, tiramisu, semifreddo, panna cotta.. ouf!
Je fais un très grand détour depuis mon retour pour éviter ma balance..

Mais... la spécialité internationale du Val d'Aoste reste bien sûr.. son jambon!


Et là, attention, rien à voir avec le jambon mi-cuit que vous trouvez dans les étals de supermarché sous l'intitulé "jambon Aoste"!


Ce dernier est une véritable arnaque, fabriqué certes, dans un village d'Aoste, mais en.. Isère, à partir de carcasses importées de Chine et des USA, appartenant au groupe Cochonou et Justin Bridoux, propriété des.. chinois!
La CEE s'en est émue en 2008, et a interdit l'ancienne appellation "Jambon d'Aoste" à cette chose, voilà pourquoi maintenant vous trouvez l'appellation "jambon Aoste".
Subtil, n'est-il pas?

Donc, qu'on se le dise, le véritable jambon de la vallée d'Aoste est.. le "jambon de Bosses", puisque fabriqué dans un mini bourg, j'ai nommé: Saint Rhémy en Bosses, selon une recette ancestrale utilisant le sel, les herbes aromatiques et le foin pour le séchage, datant d'au moins 1397!

Nous avons donc bien sûr visité cette maison à St Rhémy, et participé à une dégustation pantagruélique.. avant le déjeuner!



Amis végétariens s'abstenir, la visite de la fabrique va vous traumatiser, visez un peu tous ces jambons en train de maturer..



Pour finir, une autre découverte gustative, le fameux lard d' Arnard.. je comprends qu'à lui seul, sur une tranche de pain il fasse un plat de roi..

Que croyez-vous que nous avons fait la veille de notre départ?

Une virée au supermarché local, pas chez Carrefour, mais chez..

faire des provisions de lard, jambon, génépi, grappa, fromage et..ces délicieux biscuits secs à base d'amandes et noisettes, les "tegole"..



Sur ce, bon appétit!

mercredi 24 avril 2019

Val d'Aoste- suite: les châteaux .

Le Val d'Aoste donc, ce sont des montagnes, des forêts, des vallées, des vestiges romains et..des châteaux!

On ne peut se promener dans cette petite vallée sans qu'une tour, un château, attire le regard au sommet d'une colline.



On peut suivre leur évolution au cours des siècles: au début, simples tours, forteresses de défense, ils seront petit à petit investis par les familles nobles locales, dont la plus célèbre d'entre elles dès le XIIème siècle: la famille de Challant, apparentée à celle de Savoie.

On retrouve très souvent les deux blasons accolés dans de grand nombre d'édifices, abbatiales, châteaux..

Particularité de la Vallée d'Aoste: même si François 1er est passé par là, on ne retrouve aucune trace de la Renaissance dans les châteaux valdôtains!
Ils seront tous de type médievaux, voire néo-médiévaux au XIX siècle, lorsque le néo gothique sera à la mode en Europe.

Nous en visiterons quelques-uns!

Commençons par le commencement, une fameuse forteresse: le fort de Bard.



On y accède heureusement par un funiculaire, car cette position, déjà occupée par les ostrogoths comme avant-poste de contrôle ou de défense sur la route menant vers la France ou la Savoie est vraiment très haut perchée!

Son heure de gloire fut.. son attaque (et sa destruction) par Napoléon en 1800 qui passait par là et s'est heurté pendant 14 jours à la résistance autrichienne.. il n'a pas aimé et a tout rasé.
Le fort a été reconstruit, mais ne sera plus attaqué.
Il sert maintenant de musée sur l'histoire, la faune et la flore des Alpes, et attire de nombreux groupes scolaires.
Faut-il y voir la raison de ces étonnants personnages nous attendant à l'arrivée du funiculaire?


Passons rapidement sur le plus vilain, à mon goût de tous les châteaux: le château royal de Sarre.


Ce château est célèbre pour avoir, en 1869, été acheté  et occupé par Victor Emmanuel II, puis Umberto Ier, roi d'Italie (et oui, l'unification de l'Italie a eu lieu) qui en firent une résidence pour leur partie de chasse.
D'où les décorations.. que je n'apprécie pas du tout!




Vous avez remarqué? Toutes les décorations sont faites à partir de trophées de chasse, et il y en a sur des salles entières..Beurk!



Umberto mourra en 1898 de la main d'un anarchiste voulant venger la sanglante répression contre les ouvriers à Milan. Pas vraiment sympa le bonhomme.. En plus il trompait éhontément sa femme..

Les deux plus jolis châteaux médiévaux que nous aurons visités seront celui d'Issogne, et celui de Fenis.

 Joliment implanté dans un adorable petit village, le château d'Issogne occupe un site déjà romain.
Son histoire rappelle les contes de notre enfance.



Au XII siècle, il appartenait à l'évêque d'Aoste, mais le développement du bourg va provoquer de violents affrontements avec les seigneurs locaux qui y voyaient le symbole du pouvoir féodal de l'église.. Le château en partie détruit, fut finalement au XIV ème siècle attribué à la famille de Challant, déjà dignitaire de la cour de Savoie.

De sombres histoires d'héritage, de loi salique vont foisonner, jusqu'à à ce que le prieur de St Ours, en 1468, réaménage pour son neveu ce château pour le préparer à ses futures fonctions.
Des fresques monumentales évoquent les ancêtres, les sages et les héros sur une paroi de la cour, tandis que sur l'autre, on trouve  des scènes de la vie quotidienne du bourg que le futur seigneur se doit de conserver en harmonie, magnifiquement conservées:



Autre château de conte de fées, toujours du XIIème siècle, appartenant à la famille de Challant, bien sûr, et revisité à travers les siècles, jusqu'à Mussolini, celui de Fenis.



Un vrai beau château comme dans nos livres d'histoires, avec surtout, ce magnifique escalier central et ses fresques:


Visez un peu le détail et le raffinement de celle-ci:


Allez, sautons les siècles, et passons au XIXème siècle, avec deux autres châteaux néo-gothiques.
Le Château de Gamba tout d'abord.
Construit au milieu d'un très joli parc en 1895 par un baron turinois fou amoureux de son épouse valdôtaine malade, il dispose déjà d'un petit ascenseur, le premier de la région.


Mais, outre qu'il soit charmant, ce qui en fait sa particularité c'est qu'il abrite une collection d'art moderne d'artistes de la région, ou y ayant séjourné.
Et le résultat est époustouflant, car non, ce ne sont pas des croûtes que y sont exposées!



Je finirai enfin avec le dernier château, celui de la résidence d'été de la reine Marguerite (épouse d' Umberto Ier, vous vous rappelez le château de Sarre?) qui l'a fait spécialement construire en 1887.
Celui-ci mérite tous les qualificatifs: néo gothique, néo Renaissance et Art nouveau..disposant de l'éclairage électrique, l'eau chaude, des radiateurs, une liaison souterraine par rail entre la salle à manger et la cuisine (pas d'odeurs, quand même!), c'est le château de tous les superlatifs..



Oui, je sais, il y avait encore de la neige à cet endroit.. et je n'ai pas vraiment réussi mes photos, éclairage, contre-jour..désolée.
Mais admirez un peu cet escalier:


Et ces pièces, toutes orientées vers les montagnes..


C'est tout pour aujourd'hui!
Demain, je vous parlerai gastronomie!

Retour du Val d'Aoste.




Et voilà, notre virée au Val d'Aoste est déjà terminée..
Une petite semaine de balades, visites, découvertes de la plus petite région au nord-ouest de l'Italie, faisant frontière avec la France et la Suisse.

Je ne connaissais pas du tout cette partie de l'Italie, et ce fut une réelle surprise!

Tout d'abord, c'est une vallée encaissée dans une chaîne de sommets alpins tous plus prestigieux les uns que les autres. Les habitants ont 2 langues officielles: l'italien et le français, et parlent entre eux le franco-provençal!

La méditerranéenne que je suis a mis du temps à comprendre l'impression qu'elle y ressentait: un manque d'horizon: partout où l'oeil se tourne, il se heurte à un mur de montagne.. magnifique, certes, et qui doit offrir une sensation de cocon à ceux qui y vivent, mais qui peut vite donner un sentiment d'oppression..




Mais quand on monte au sommet, là, c'est un enchantement!



Et oui, nous sommes allés jusqu'à Courmayeur d'où nous avons pris le fameux Skyway avec ses cabines qui pivotent  à 360° tout le long du parcours




qui nous amènera à la Pointe Helbronner (3 466 m d'altitude quand même!) pour y découvrir la terrasse panoramique circulaire qui offre à tous les visiteurs une vue extraordinaire à 360° sur une bonne partie des plus hauts sommets des Alpes émergeant d'une mer de nuages: le Mont Blanc, le Mont rose, le Cernin, le Grand paradis et le Grand Combin.
Eblouissement garanti!

J'admire encore cet agent d'entretien ne souffrant pas de vertige..



Bon, mais le Val d'Aoste, c'est aussi des vestiges romains, et des châteaux!

Dans ce post, je vous parlerai des romains et des premiers chrétiens.

Vestiges romains depuis le passage d'Auguste en 25 av. J.C, qui a conquis la vallée, s'assurant ainsi le contrôle des points de passage entre les cols du petit et du grand Saint Bernard, et dont nous pourrons visiter à Aoste le théâtre romain, l'arc de triomphe, le cryptoportique du forum.. plongée dans l'histoire garantie!



Au début du Vème siècle, le christianisme s'implante en val d'Aoste, et tout naturellement, investit les places romaines pour y construire églises, cloîtres et monastères.
Nous ne verrons d'ailleurs la prolongation de l'enceinte du théâtre qu'en entrant dans le couvent des franciscaines..



Arrivée du christianisme, donc et construction sur les vestiges d'une nécropole romaine d'une des premières basiliques paléochrétiennes "Saint Laurent", sur laquelle sera reconstruite une autre église au XIème siècle,  accompagnée de la collégiale saint Ours, de son cloître, de ses fresques et mosaïques..  de la beauté à l'état pur, une bouffée d'émotion..




Allez, un clin d'oeil: une des consoles sculptée sur les stalles:



Une grande cathédrale, Notre-Dame de l'Assomption,  également à Aoste, mais.. pas vraiment jolie à mon goût.. un mélange de styles superposés au court des époques, et pour une fois pas vraiment réussi!



Deux particularités tout de même: ses mosaïques:



Et le fait que chaque jour à 11h30 sonnent les cloches de la cathédrale pour l'Angélus,certes,  mais également pour rappeler qu'en 1536, à cette heure précise,  les "valdôtains" (puisque tel est le nom des habitants de cette région) ont chassé les calvinistes qui avaient cru trouver refuge chez eux..

Bref, Aoste a été farouchement catholique au cours des siècles.
La ville était d'ailleurs une étape sur la route du pèlerinage de Cantorbéry à Rome.

Un de ses habitants les plus célèbres n'est il pas autre que Saint Anselme, futur archevêque de Cantorbéry né à Aoste en 1033 et fondateur de la théologie scholastique!  Une maison arbore fièrement la plaque affirmant qu'il y est né, sauf que la maison est beaucoup trop récente pour y croire, mais les légendes sont parfois plus belles que la réalité, n'est ce pas?




Suite au prochain épisode!