mardi 19 février 2019

Février, le mois de tous les dangers!





Voilà, l'image ci-dessus, c'est la théorie.
En pratique, chez moi, le mois de février est plutôt le mois de toutes les catastrophes.

Relativisons, cette année, je suis plus ou moins en sécurité puisque le mois a commencé par une intervention chirurgicale à l'hôpital, et que je dois le finir en convalescence..


Petit compte-rendu: entrée le jeudi soir, opérée le vendredi, et sortie le samedi!
Ce fut une hospitalisation express.

Opération sous coelioscopie, technique très à la mode, mais qui, au final, est tout aussi fatigante qu'une autre et qui n'évite pas les douleurs liées à l'intervention, car mine de rien, on vous a bel et bien ouvert le bidon, farfouillé dedans et raccommodé, donc ouille, ça douille un peu.

Le plus pénible pour ma part, étant de ne pas pouvoir courir partout comme j'en ai l'habitude.
Interdiction de faire du vélo, de la randonnée, du yoga, de porter quoi que ce soit.
Bon, soyons réaliste, je ne me sens pas franchement apte à pratiquer toutes ces activités non plus.
J'ai par contre le droit, et l'obligation de faire tous les jours ma piqûre d'anti-coagulant.. chouette!

Rester au repos, c'est un luxe, mais au bout d'un moment, c'est lassant, et avec la tête dans la potage et quelques douleurs en prime, ce n'est finalement pas marrant.


Heureusement, me reste..le piano, j'ai tout mon temps pour améliorer mon utilisation jusqu'à présent totalement anarchique de la pédale, et, mon époux étant en ce moment en cure thermale tous les matins, je peux m'entraîner sans lui casser les oreilles!

A moi donc les gammes et les arpèges, je vais progresser, je le sens.



Pour me distraire, j'ai découvert sur Amazon Premium la série qu'il me fallait, avec Gaël Garcia Bernal, Malcom Mac Dowell, Monica Bellucci, Lang Lang et Placido Domingo en guest stars, et qui raconte, en épisodes courts (1/2 heure) la vie et les tribulations d'un orchestre symphonique, que du bonheur.


Et puis, bien sûr, il y a.. les livres!

Après avoir eu le cerveau en compote pendant quelques jours, je ne me suis finalement pas lancée dans les bouquins dont j'avais programmé la lecture, je garde pour plus tard "l'histoire symbolique du Moyen-Age occidental de Michel Pastoureau.

En revanche, le dernier livre de Lorant Deutsch, m'a permis de réviser mes cours de fac sur l'histoire de la langue française. Accessible, bien documenté, il brosse un tableau léger et agréable de cette longue évolution de notre langue, un bouquin qui fait du bien.


Et puis, et puis.. rappelez-vous, j'avais suivi quelques séances dites "d'hypnose" avant mon intervention. La technique m'avait intéressée, bien aidée pour évacuer le stress, l'anesthésiste de l'hôpital était rompu à cette école.. j'ai donc voulu en savoir plus.

J'ai donc voulu en savoir plus sur la "méditation de pleine conscience",  j'ai découvert les travaux de Jon Kabat-Zinn.. et me voilà donc plongée dans ses livres et exercices, car oui, j'ai le temps pour cela!


Vous n'allez pas me reconnaître, une nouvelle Ciboulette remplie de zénitude va peut-être apparaître prochainement..


samedi 2 février 2019

C'est le jour de la marmotte, et celui de la Chandeleur!


Pour rappel, le 2 février, pour nos amis d'Amérique, c'est le fameux " groundhog day", celui où les marmottes sortent de leur terrier pour prédire l'arrivée - ou non - d'un printemps précoce, pendant que de notre côté, à la Chandeleur, antique fête de la lumière (des chandelles), 40 jours après Noël, nous ferons des crêpes, avec notre lot de dictons et proverbes!


En attendant, s'il y avait des marmottes dans mon jardin, nul doute qu'on ne verrait pas poindre le bout de leur nez: il pleut à verse!
C'est pourquoi nous sommes de sortie ce soir à l'opéra de Montpellier pour aller écouter un concert baroque de clavecin, luth et et zarb.

Encore un concert un samedi soir.. ouille! En voulant assister au précédent, nous nous étions retrouvés, mon mari et moi, en pleine fin de manifestation des gilets jaunes, et avions subi les jets de gaz lacrymogènes de la part des forces de l'ordre, une première pour moi à 60 ans. Expérience franchement désagréable et que je ne souhaite pas renouveler.

Donc, musique ce soir.
D'ailleurs, pas mal de musique programmée cette année, pour mon plus grand plaisir.

Je m'en vais vous détailler mon programme:

Fin mars, à Montpellier, le grand, l'immense ( et fort mignon) contre-ténor Philippe Jarrousky dans Haendel, Scarlatti, Vivaldi..


La demande de places était telle que l'organisateur a du changer le lieu du concert pour une salle plus grande.


Fin avril, pour le festival de Pâques d'Aix en Provence, nous irons écouter.. Ian Bosridge, magnifique ténor qui nous interprétera des lieder de Schubert, un régal.


En mai, retour de Nathalie Stutzmann, cette cheffe- et contralto exceptionnelle que nous avons déjà plusieurs fois appréciée,


Mi-juin, enfin, toujours à Montpellier, venue de Jakub Jozef Orlinski, ce talentueux contre ténor polonais ( et accessoirement breakdancer), dans un répertoire baroque.


Ouf, n'en jetez plus..

Mais si, je continue!
N'oubliez pas que nous avons eu la chance d'obtenir des places cet été au festival de Bayreuth pour aller écouter Parsifal et Tristan et Isolde!!


La chance, je le répète, car voyez un peu le parcours du combattant normal pour avoir le droit d'assister à un concert de ce festival renommé (récupéré sur France Musique)!

"Pèlerinage incontournable de tout wagnérien qui se respecte, le Festival de Bayreuth a lieu cette année du 25 juillet au 28 août. Mais s'y rendre peut s'apparenter à une véritable quête du Graal avec un temps d'attente qui peut durer 10 ans.

Il faudra vous armer de patience si, comme le commun des mortels, vous ne bénéficiez d'aucune relation dans le cercle très fermé de la famille Wagner. Les descendants du compositeur sont toujours à la tête du festival, 140 ans après sa création par Richard Wagner en personne. Pour obtenir les précieux sésame permettant de grimper au sommet de la Colline sacrée - comme on surnomme l'endroit où a été érigé le Palais des festivals de Bayreuth - il suffit de remplir un formulaire de demande de billets. Chaque automne précédant le festival, ledit formulaire est disponible et il convient de l'envoyer par courrier à la billeterie du festival.
Vous obtiendrez alors une réponse en décembre si vous faites partie des heureux élus, et il faudra alors vous acquitter du prix de vos places, en janvier le cas échéant. Rassurez-vous, il est absolument normal de ne pas obtenir de billets lors de la première requête. Vous pourrez alors réitérer votre demande par un formulaire que vous recevrez automatiquement chez vous. En moyenne, on estime qu'il faut patienter 7 ou 8 ans pour enfin avoir le droit de réaliser son pèlerinage wagnérien. Mais n'oubliez surtout pas de remplir chaque année le formulaire, sans quoi vous risqueriez de vous retrouver tout en bas de la liste d'attente. Le délai est plus ou moins long en fonction de l'oeuvre choisie ou du moment. Si vous optez pour la première d'une nouvelle production, vous diminuez vos chances d'être sélectionné."
Nous n'aurons patienté que 2 ans!!!

Cette année 2019 est vraiment placée sous le signe de la musique.. que du bonheur en perspective.



Info de dernière minute: mon envoyée spéciale aux Etats Unis m'informe que la marmotte a prévu l'arrivée imminente du printemps!

lundi 21 janvier 2019

Mes pépites littéraires de ce début d'année.

Ce mois de janvier  débute très fort, avec deux pépites littéraires.
Ouf, je commençais à être en panne de lecture!

Premier livre, donc, le très attendu "Sérotonine" de Michel Houellebecq sorti le 4 janvier.


Je craignais que ce dernier ne soit l'ouvrage "de trop", et que je sois déçue.. loin de là!

Comme à son habitude, Houellebecq dissèque avec une précision d'entomologiste nos comportements occidentaux.
Nos aspirations, nos médiocrités,  nos lâchetés sont déroulées une à une, mais de façon quasi empathique, un appel à la spiritualité, comme une bouffée d'espérance est esquissé..et un solide sens de l'humour, car oui, scrogneugneu, Houellebecq est drôle, il faudrait un jour que les critiques le signalent!

Vous l'aurez compris, je me suis régalée avec ce dernier livre.

Autre bouquin dont je n'ai découvert qu'hier la sortie (et donc déjà téléchargé sur ma tablette et commencé la lecture), le dernier Leonardo Padura: "la transparence du temps" !!


J'ai déjà du vous parler de cet auteur cubain lorsque j'ai découvert "L'homme qui aimait les chiens", ou "Hérétiques".

Cette fois, Paduro situe son intrigue dans le milieu des marchands d'art de la Havane, en ce moment où l'ouverture cubaine produit de nouveaux gagnants, mais également enfonce davantage dans la misère de trop nombreux perdants..

Son héros "flic baudelairien", mélancolique et désabusé, fidèle aux livres, à l'amitié et au rhum, va fêter ses 60 ans, il remet sa vie en question.. et ça, évidemment, ça me parle!

Je n'en suis qu'au tout début, donc pour l'instant, j'en reste là, mais vous avez droit, en prime à la photo de cet écrivain magnifique:


Avant de replonger dans mon bouquin, plein de bonnes nouvelles pour les aficionados:

 Caryl Ferey (Zulu, Condor..) relit en ce moment les épreuves de son dernier ouvrage (terrain de jeu: la Bolivie),

 Valentine Goby (Je me promets d'éclatantes revanches, Banquises..) fait de même pour un livre dont je ne connais que le titre: "Murène",

 ainsi qu' Olivier Truc (le dernier lapon) pour son prochain "cartographe des Indes boréales".

Sans oublier, Patrick Rambaud, qui, après m'avoir  tant divertie avec ses "chroniques de Nicolas Ier", puis celles de "François le petit", vient de sortir "Emmanuel le Magnifique"..



Je la sens bien, cette année 2019..


mercredi 16 janvier 2019

Je tiens mes bonnes résolutions pour 2019 (pour l'instant).

Les bonnes résolutions de début d'année, il vaut mieux les prendre vite!



Je m'y tiens donc bien en cette mi-janvier.

J'avais promis à tout le monde que je prendrai soin de moi, et c'est ce que je fais.
Mes deux premiers mois de l'année seront donc consacrés à ma petite santé, et ça tombe bien parce que même si le soleil est encore présent, les activités extérieures sont encore passablement limitées.

En avant donc!
J'ai consciencieusement pris rendez-vous chez le dermato.. fin mars ( faut pas être pressé).

Hier, retour chez le rhumatologue pour me débarrasser d'un kyste au poignet droit qui récidive méchamment, et traitement pour une névralgie carabinée de ce brave Arnold (un nerf vicieux et sournois qui vous donne mal de l'épaule jusqu'aux cheveux en passant par l'oreille, pas sympa du tout je vous dis).
Rien à voir avec celui-là, on ne rêve pas:




Résultat, une troisième et dernière ponction du kyste en question avec cet avertissement "la prochaine fois, on passe par la case chirurgicale", et doses maousses de cortisone pour assommer Arnold.
Résultat, j'ai beaucoup moins mal, mais j'ai un teint écarlate comme jamais eu auparavant, je pense arriver à sauter au plafond, donc je pense que je vais sauvagement diminuer les doses!



Enfin, pour conclure sur mes p'tits soucis de santé qui seront bientôt terminés, j'ai une intervention prévue le 8 février pour résoudre quelques petits soucis de mécanique féminine.

J'ai bien demandé si on ne pouvait pas s'occuper de mon poignet pendant qu'on rafistolait le reste et que je roupillais, (et pourquoi pas enlever un peu de gras du bide au passage), paraît que ce n'est pas possible, flûte alors!

Après tout cela, il faudra que je sois sage et calme pendant un mois!!
Pas de voyage ni de rando, pas de yoga, ni de vélo.. mais ouf, ma chirurgienne m'a assuré, dans un éclat de rire devant ma mine dépitée, que oui, je pourrai bien faire du piano tant que je veux..


Car, soyons franche, toutes ces expériences m'ont permis de rencontrer des personnes fantastiques,  à l'hôpital Arnaud de Villeneuve de Montpellier.




Rapide retour en arrière: depuis mon déménagement, impossible de trouver un gynéco disponible dans mon coin, et après de multiples réponses laconiques me proposant d'aller aux urgences (mais non, ce n'est pas une urgence!!!), j'avais fini par empoigner mon téléphone et demander un rendez-vous à l'hôpital..  rendez-vous obtenu dans la semaine!

Bonne surprise, cet hôpital est accessible en tram de chez moi en une petite heure, le cadre est sympa, c'est déjà bien.

Encore mieux, tous les personnels que j'y ai rencontré sont adorables, à l'écoute, aux petits soins..

Ma gynéco qui m'a auscultée, fait elle-même toutes les échographies, bilans, va m'opérer, et m'a communiqué ses coordonnées directes pour toute question que je souhaiterais aborder avant l'intervention.

 Je n'ai jamais ri autant que ce matin à mon rendez-vous avec l'anesthésiste car, si de mon côté, j'avais un pansement au poignet droit, lui avait deux doigts bandés, suite à une mauvaise réception de ballon de basket.

Passage à l'infirmerie pour le protocole d'entrée le 7 février au soir, où une toute jeune infirmière m'a demandé de lui poser toutes les questions, mêmes les plus saugrenues auxquelles je pensais.
Je ne suis pas originale, paraît qu'on demande toutes si on peut passer chez le coiffeur faire un balayage ou autre avant l'intervention!
Sinon, innovation super top: on descend au bloc le matin sur ses deux pieds, non plus en brancard, et on n'enfile sa tenue super sexy, charlotte et blouse qu'une fois arrivée..
Par contre, non, piloter une voiturette électrique comme les gamins, cela ne me sera pas accordé.



Enfin, cerise sur le gâteau: c'est un CHU, donc un hôpital public.. je n'ai déboursé aucun centime d'euro...

Pour rester zen et commencer l'année de façon positive ( voire affronter ma légère trouille), je vais même tenter aujourd'hui, sur proposition de mon toubib, une première séance d'hypnose!



Vous le constatez donc: je prends soin de moi, en espérant après pouvoir profiter de mon état de sexagénaire rénovée pour m'éclater au printemps et le reste de l'année!

En attendant, mon mari me chouchoute.. et c'est bon..








lundi 31 décembre 2018

Les dernières aventures de 2018..

Ou comment, récente sexagénaire, j'ai cambriolé mon propre vélo!


C'est, je pense, la première et la dernière fois que j'incarne l'héroïne de ma tendre jeunesse,: Fantômette!


Un préambule s'impose.
Le 23 décembre, il faisait beau, et une partie de mes convives décide d' enfourcher les vélos (qui ont la fâcheuse manie de rester dehors par tous les temps), pour aller à Palavas contempler le coucher de soleil sur la mer.



Les vélos sont bien accrochés ensemble, deux par deux, par un cadenas, sous un lampadaire devant la mairie, pour plus de sécurité.



Au moment du retour, catastrophe!
La clé d' un des cadenas qui maintient soigneusement 2 vélos, se casse dans la serrure (passablement rouillée, je l'avoue..) et impossible de revenir pour deux des cyclistes..

Les trois autres rentrent en catastrophe, et à grands coups de pédale, nous faire part du problème.

Une seule solution se présente alors à nous: prendre burette d'huile, scie à métaux et pinces en tous genres, retourner sur les lieux du crime en voiture, mon mari et moi, pour scier le cadenas récalcitrant, pendant que les rescapés de la bicyclette partent se réfugier dans un café.

C'est à ce moment-là que j'ai eu comme une vague inquiétude.



Certes, nous n'avons pas le look du parfait petit cambrioleur, mais tout de même.. se trimbaler avec pinces et scies pour découper, de nuit, un cadenas devant l'hôtel de ville, aurait pu surprendre les passants, et en cas de passage de la police, il aurait été difficile de justifier que nous prenions nos propres vélos!



Au final, pendant que je tenais la lampe de poche de mon téléphone d'une main (le lampadaire n'éclairait pas si bien que cela), l'antivol de l'autre, mon mari sciait l'objet du délit, qui se brisa en un laps de temps record, sans être aucunement dérangé par qui que ce soit!

Maintenant, j'hésite: faut-il racheter un antivol plus costaud, parce que celui-ci était vraiment trop facile à découper, ou pas, en cas de renouvellement de l'exploit?

Une chose est sûre, je ne le referai pas, promis.. enfin, pour cette année!




dimanche 30 décembre 2018

Juste à temps!



Juste à temps pour finir l'année avec vous..

Noël est déjà passé, avec son sapin, ses cadeaux, sa soirée, la fête en famille, ses balades et ses nombreux moments de partage..


Cette année, nous étions 8 à le fêter ensemble, accueillant, en plus de mes jeunes, les parents de la compagne de mon fiston, qui n'ont pas hésité à participer à l'ambiance de la nativité, nous invitant à découvrir un chant de Noël polonais, que nous avons réussi à chanter tous en choeur, la version phonétique nous ayant été heureusement fournie..

Tout le monde a mis la main à la pâte pour préparer le réveillon, ce qui nous a donné une table sublime: visez un peu la déco de l'apéritif!



Admirez dans le détail cette assiette ..


Le temps était heureusement avec nous et nous a permis de prendre quelques apéros ou déjeuners dehors, faire un tour à vélo, des balades dans le parc Méjean faire un coucou aux cigognes et flamants roses..




Une découverte locale: le palmier-sapin du port de Mèze:



En résumé, un Noël magique, entourée des miens, d'amis et chaleureux en diable.

Depuis, tout le monde est reparti, la maison semble un peu vide, et le sapin commence à pendouiller tristement..
Il est temps que la nouvelle année arrive!

Si le soleil est toujours bien présent, les températures nocturnes et matinales sont un peu fraîches, ce qui m'a permis d'inaugurer très vite les voiles d'hivernage présents sous le sapin pour protéger mes citronniers.
Attention, ces voiles ont une particularité: ils sont décorés, et s'ils protègent mes arbres du froid, ils me font sourire chaque matin!




Demain, ce sera déjà le dernier jour de cette année qui a passé si vite..
J'en profite donc pour vous présenter dès maintenant mes meilleurs voeux pour l'année 2019 !


dimanche 16 décembre 2018

Les contrebandiers de la vanille- suite.. et fin!


Ca y est, mais si, mais si, de la vanille est enfin arrivée chez mon fournisseur!

Appel comme convenu mercredi après-midi, et là, scoop: quelques gousses sont arrivées .. en avion, de Tahiti..

J'ai donc pu en acheter.. très, très peu, car imaginez-vous que la spéculation a fait grimper les prix à un point inimaginable: 5€60.. LA gousse!

Non, vous ne rêvez pas..

Ma vendeuse m' a avoué qu'elle-même n' avait  pu en acheter que 500 grammes..

Outre les catastrophes naturelles qui ont causé la pénurie actuelle, un autre facteur s'en est mêlé: l'achat par la Chine de toutes les gousses restantes, même vertes, pour les faire mûrir artificiellement et les revendre à prix d'or.
Pour rajouter du piquant au scénario, il se dit que certaines mafias en profiteraient pour blanchir de l'argent sale..

Quand j'ai commencé à chercher de la vanille, je n'imaginais pas pénétrer un tel univers..

Je vais devoir revisiter mes desserts. A ce stade, ma gousse de vanille devient "mon précieux" sur laquelle je vais veiller jalousement..


Bon, je vais quand même devoir l'utiliser un de ces jours, mais parcimonieusement..

Pour fêter cela, un concert au Corum de Montpellier avec ma chef préférée, Nathalie Stutzmann!


Une pêche d'enfer pour son programme "Bach à voix basse".

Arias, sinfonia, recitatifs de cantates, et la découverte d'un baryton extraordinaire: Léon Kosavic, absolument bouleversant, que je vous invite à écouter!



Autre motif de satisfaction: 3 heures de conférence samedi dernier sur les Missions (réductions) des Jésuites en Amérique latine, plus particulièrement au Paraguay.



Vous rappelez-vous de ce film "Mission"?
On connaît tous un peu le sujet, et j'apprécie toujours qu'on me propose de comprendre les tenants et les aboutissements de cette histoire, et d'apprendre qu'en ce moment, les pays concernés redécouvrent les ruines de ces anciennes missions (quand elles n'ont pas été converties en consulat ou ambassade dans les capitales), et tentent de les restaurer pour garder une trace de leur histoire..

Sinon.. je ne vous apprends rien: Noël approche, mon sapin est prêt, j'ai presque trouvé tous mes cadeaux, (ne reste plus qu'à les emballer).

La semaine qui arrive sera celle de mes dernières activités officielles de l'année: rando, yoga et piano, avant que je retrouve toute ma petite  famille venue fêter Noël avec nous!